La captive de Mitterrand de David Le Bailly

Cette histoire est aujourd’hui impossible car on sait tous de nos présidents.

Résumé

Le 11 janvier 1996, lors des obsèques de François Mitterrand, la France entière découvre le visage d’Anne Pingeot. La maîtresse de l’ancien président de la République, la mère de Mazarine, au premier rang à côté de Danielle, l’épouse officielle : l’image fera le tour du monde, émouvante les uns, scandaleuse pour les autres.

Depuis ce jour, Anne Pingeot est retournée dans l’obscurité. Obstinément silencieuse. Que veut-elle dissimuler ? Sa force de caractère, seule femme qui savait tenir tête à François Mitterrand ? Ou son ambition, elle qui, comme les reines de France, a laissé son empreinte sur le patrimoine national, veillant à la réalisation du Grand Louvre et au réaménagement des Tuileries ? Par-delà l’exercice du pouvoir, ce livre raconte l’histoire d’une rencontre entre un homme mûr Voluptueux, d’une intelligence rouée, et une jeune fille de dix-huit ans qui n’a presque rien connu de la vie. L’histoire d’un amour interdit. D’une captivité. D’un secret d’alcôve devenu secret d’État.

 

De Clermont-Ferrand à Hossegor, en passant par Paris et Château Chinon, le journaliste David Le Baily devoile enfin le visage de l’énigmatique Anne Pingeot.

Interview de l’auteur

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *